The International Council
for Philosophy and Human Sciences

WHC - Draft Outcome Document for public consultation

 * Your comments and suggestions are welcome. Please send it to CIPSH cipsh@unesco.org  and WHC2017 whc2017@unesco.org.

 【English version】

World Humanities Conference
Liège, Belgium, 6-12 August 2017
 
Draft Outcome Document
A New Humanities Agenda for the 21stCentury
 
We, the participants in the World Humanities Conference held in Liège, Belgium, from 6 to 12 August 2017, organized by UNESCO, CIPSH and the Foundation for the World Humanities Conference, which has brought together participants from all around the world to reflect and engage in dialogues to establish a new agenda for the humanities of the 21st century,
 
Inspired by the constitution of UNESCO, which states that the defences of peace must be constructed in the minds of men and that peace must be founded upon the intellectual and moral solidarity of mankind,
 
Considering the constitution of CIPSH, which states that a better knowledge of human behaviour is indispensable to a closer understanding of peoples, and identifies cooperation among scholars and with non-academic partners as relevant levers for fostering such knowledge and its dissemination, and reiterating the 2010 call by the General Assembly of CIPSH, meeting in Nagoya, for a new foundation of the humanities, rooted in their responsibility in managing the human and cultural complexity of our societies, within a plurality of world cultures;[1]
 
Aiming to contribute actively to the 2030 Agenda for Inclusive and Sustainable Development, with the specific approach and competences of the humanities;
 
Reaffirming the 2011 Busan Declaration,[2] which states the urgency of addressing the current status of humanities and rethinking the meaning of humanism in the face of ongoing crises and rising uncertainty in a world affected by rapid globalization;
 
Recalling the statement of UNESCO’s Executive Board in May 2017 reaffirming the importance of “the role of humanities in a world in transition” and their “historic task of struggling against xenophobia, intolerance and fundamentalism”;[3]

Aware of growing difficulties across the globe, where humanities are not only faced with intellectual challenges that see their relevance called into question, requiring reconsideration of their traditional status, but also with institutional challenges, as increasingly scarce humanities funding pressures scholars to conform to the metrics of application-oriented disciplines;
 
1.      [Action to be undertaken by foundations, councils and other funding bodies]
Call on foundations, councils, sponsors and other funding bodies to establish transparent mechanisms of collaborative international funding, securing the academic independence of researchers and the wider socialization of new knowledge resulting from such efforts;
 
2.      [Action to be undertaken by media and civil society]
Call on media to make the message of the World Humanities Conference accessible to all members of civil society who are in turn expected to engage in discussion with regard to how and why humanities matter to their lives individually and collectively; 
 
3.      Call on higher education institutions, academies, research centres and similar scholarly bodies and communities:
 
·         [Agenda in reference to the organization of higher education as well as general education]
To foster interdisciplinary and transdisciplinary collaboration with other domains of research and human reflection, from sciences to the arts and traditional knowledge, and also to collaborate in conceiving new ways of teaching the humanities in general education and for lifelong learning;
 
·         [Agenda in reference to assessment of research in the humanities]
To recognize that specific and transparent qualitative criteria of assessment of research in the humanities should be discussed and agreed;
 
·         [Agenda in reference to language]
To endorse language diversity in academic publications, to produce extensive multi-language lexicons in the various fields of studies and to secure translation of all main international conventions into all national languages;
 
·         [Agenda in reference to societal challenges, namely climate/environment/sustainability, borders/migrations/identities, history/memory/politics/heritage, new humanities challenges]
To recognize the irreplaceable capacity of umanities helping contemporary societies to meet critical challenges of the 2030 Agenda, which relate to meanings, values, understandings and long-term trends;
 
·         [Engagement and follow-up]
To join and contribute to UNESCO and CIPSH initiatives to follow up on the World Humanities Conference;
 
4.      Call on CIPSH and its member organisations:
 
·         [Research agenda]
To promote in the framework of a research agenda the re-foundation of the humanities epistemological framework through interaction and convergence of different academic traditions, the re-connection of disciplinary educations through humanities, and the re-structuration of humanities research framework, namely engaging other fields of expertise in CIPSH,
 
·         [Public agenda]
To discuss and assess their contribution towards their global projects and interactions amongst each other, with UNESCO and other potential partners for the advancement of academic knowledge as well as the re-introduction of humanities perspectives into daily life of societies;
 
5.      Call on UNESCO, through its Secretariat and Member States:
 
·         [Action to be undertaken by UNESCO Secretariat]
To ensure the strong presence of humanities within the Management of Social Transformations Programme, in particular by promoting the establishment of a network of UNESCO Humanities Chairs in all regions of the world to facilitate international scientific cooperation amongst the disciplines of humanities, and, in close collaboration with CIPSH, by scoping and in due course producing periodical editions of a World Humanities Report;
 
·         [Action to be undertaken by UNESCO, through its Secretariat and Member States]
To take into consideration the outcome of the World Humanities Conference within their own strategies, namely in terms of research and education policies, language considerations, quality assessment and funding of the humanities, as well as their engagement in the main societal challenges in collaboration with CIPSH;
 
·         [Agenda of UNESCO, through its Member States and Secretariat]
To ensure that the outcome of the World Humanities Conference is taken into account by the 39th Session of the General Conference of UNESCO in November 2017, as requested by the Executive Board.


[1] Final Statement of Outcomes presented at the CIPSH-ISSC General Assembly and a Joint Scientific Symposium (http://www.cipsh.net/upload/userfiles/ISSC-CIPSH%20Joint%20Symposium%20Statement%20of%20Outcomes.pdf)
[2] Busan Declaration: Towards a New Humanism for the 21st Century
 (http://unesdoc.unesco.org/ulis/cgi-bin/ulis.pl?catno=221283&set=0059072AB2_0_376&gp=1&mode=e&lin=1&ll=1)
[3] 201 EX /Dec. 37 (http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002480/248002e.pdf)

 

 【French version】

Conférence Mondiale des Humanités
Liège, Belgique, du 6 au 12 août 2017

 

Esquisse du document final
Un nouvel agenda pour les humanités au XXIème siècle
 
Nous, participants à la Conférence Mondiale des Humanités tenue à Liège en Belgique du 6 au 12 août 2017, organisée par l’UNESCO[1], le CIPSH[2], et la Fondation pour la Conférence mondiale des humanités, qui a rassemblé des participants venus du monde entier pour réfléchir et engager des discussions afin d’établir un nouveau programme pour les humanités au XXIème siècle,
 
Inspirés par l’Acte constitutif de l’UNESCO, qui déclare que c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix et que cette paix doit être établie sur le fondement de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité,
 
Considérant la constitution du CIPSH, qui déclare qu’une meilleure connaissance des comportements humains est indispensable à une meilleure compréhension des peuples, et qui considère la coopération entre les chercheurs et avec des partenaires non-académiques comme des leviers pertinents pour promouvoir une telle connaissance et sa diffusion, et de réitérer l’appel de 2010 de l’Assemblée Générale du CIPSH, réunie à Nagoya, pour une refondation des humanités ancrée dans leur responsabilité : celle de faire face à la complexité humaine et culturelle de nos sociétés, au sein d’une pluralité de cultures mondiales[3];

Visant à contribuer activement au Programme de développement durable à l'horizon 2030, avec les compétences et l’approche spécifique des humanités;

Réaffirmant la Déclaration de Busan de 2011[4], qui déclare l’urgence d’aborder le statut actuel des humanités et de repenser le sens de l’humanisme face aux crises actuelles et à la montée des incertitudes dans un monde affecté par une mondialisation rapide;
 
Rappelant la déclaration du Conseil Exécutif de l’UNESCO de mai 2017 réaffirmant l’importance du « rôle des humanités dans un monde en transition » et leur « tâche historique dans la lutte contre la xénophobie, l’intolérance et les fondamentalismes »[5];
 
Conscients des difficultés croissantes à travers le monde dans lequel les humanités ne font pas seulement face à des défis intellectuels, qui remettent leur pertinence en question et nécessitent de reconsidérer leur statut traditionnel, mais également à des défis institutionnels, où le financement des humanités de plus en plus rare contraint les chercheurs à se conformer aux systèmes métriques des disciplines appliquées ;
 
1.      [Actions à entreprendre par les fondations, conseils, et autres entités de financement]
Appel aux fondations, conseils, sponsors et autres entités de financement à établir des mécanismes transparents de financement international collaboratif, sécurisant l’indépendance académique des chercheurs et la socialisation plus large des nouveaux savoirs résultant de ces efforts ;
 
2.      [Actions à entreprendre par les médias et la société civile]
Appel aux médias à rendre le message de la Conférence mondiale des humanités accessible à tous les membres de la société civile qui à leur tour engageront probablement une discussion autour de comment et pourquoi les humanités comptent dans leur vie de façon individuelle et collective ; 
 
3.      Appel aux institutions de l’enseignement supérieur, académies, centres de recherche et autres entités et communautés associées,
 
·         [Programme concernant l’organisation de l’enseignement supérieur et la formation en général]
De promouvoir la collaboration interdisciplinaire et transdisciplinaire avec les autres domaines de recherche et de réflexion portant sur l’homme, des sciences aux arts et savoirs traditionnels, et aussi de collaborer à la conception de nouvelles façons d’enseigner les humanités dans la formation en général et pour l’apprentissage tout au long de la vie.
 
·         [Programme concernant l’évaluation de la recherche en sciences humaines]
De reconnaître que des critères qualitatifs transparents et spécifiques d’évaluation de la recherche en sciences humaines devraient être discutés et approuvés ;
 
·         [Programme concernant les langues]
De soutenir la diversité des langues dans les publications académiques, de produire des lexiques approfondis de plusieurs langues dans les divers champs d’études et d’assurer la traduction de toutes les principales conventions dans toutes les langues nationales ;
 
·         [Programme concernant les défis sociétaux, c’est-à-direclimat/environnement/durabilité, frontières/migrations/identités, histoire/mémoire/politique/patrimoine, les nouveaux défis des humanités]
De reconnaître la capacité irremplaçable des humanités à aider les sociétés contemporaines à relever les défis critiques du Programme à l'horizon 2030, qui comprend les significations, les valeurs, les compréhensions et les tendances à long-terme ;
 
·         [Engagement et suivi]
De rejoindre et de contribuer aux initiatives de l’UNESCO et du CIPSH pour donner suite à la Conférence mondiale des humanités ;
 
4.      Appel au CIPSH et à ses organisations membres,
 
·         [Programme pour la recherche]
De promouvoir, dans le cadre d’un programme pour la recherche, la refondation du cadre épistémologique des humanités à travers l’interaction et la convergence des différentes traditions académiques, la reconnexion des formations disciplinaires à travers les humanités, et la restructuration du cadre de la recherche des humanités, c’est-à-dire l’implication des autres champs d’expertise dans le CIPSH ;
 
·         [Programme pour le public]
De discuter et d’évaluer leur contribution dans leurs projets globaux et les interactions entre chacun, avec l’UNESCO et les autres potentiels partenaires pour l’avancement du savoir académique ainsi que pour la réintroduction des perspectives des humanités dans la vie quotidienne des sociétés ;  
 
5.      Appel à l’UNESCO, à travers son Secrétariat et ses Etats membres,
 
·         [Actions à entreprendre par le Secrétariat de l’UNESCO]
D’assurer la forte présence des humanités au sein du Programme de gestion des transformations sociales (MOST[6]) particulièrement en promouvant l’établissement d’un réseau de Chaires UNESCO des Humanités dans toutes les régions du monde afin de faciliter la coopération scientifique internationale parmi les disciplines des humanités, et, en collaboration étroite avec le CIPSH, d’étendre et de produire en temps utile des éditions périodiques d’un Rapport mondial des humanités ;
 
·         [Actions à entreprendre par l’UNESCO à travers son Secrétariat et ses Etats membres]
De prendre en considération les conclusions de la Conférence mondiale des humanités au sein de leurs propres stratégies, à savoir en termes de politiques de la recherche et de l’éducation, de considération des langues, d’évaluation de la qualité et de financement des humanités, ainsi que leur engagement dans les défis sociétaux majeurs en collaboration avec le CIPSH ;

 
·         [Programme de l’UNESCO, à entreprendre à travers son Secrétariat et ses Etats membres]
De s’assurer que les conclusions de la Conférence mondiale des humanités soient prises en compte lors de la 39e Session de la Conférence Générale de l’UNESCO en novembre 2017 tel que demandé par le Comité Exécutif.


[1]United Nations Educational Scientific and Cultural Organization (Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture)
[2]Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines
[3]Déclaration finale présentée lors de l’Assemblée Générale du CIPSH-ISSC et lors d’un symposium scientifique partenaire (http://www.cipsh.net/upload/userfiles/ISSC-CIPSH%20Joint%20Symposium%20Statement%20of%20Outcomes.pdf)
[4]Déclaration de Busan : Vers un Nouvel Humanisme pour le 21e siècle (http://unesdoc.unesco.org/ulis/cgi-bin/ulis.pl?catno=221283&set=0059072AB2_0_376&gp=1&mode=e&lin=1&ll=1)
[5]201 EX /Dec. 37 (http://unesdoc.unesco.org/images/0024/002480/248002f.pdf)
[6]Management Of Social Transformations
 
 

 


July 12, 2017